. Valeurs partagées par la banque d'investissement et les entreprises évidemment, insiste Patrice Bégay.BERLIN (Reuters) - La chancelière allemande, Angela Merkel, est intervenue mercredi dans le débat sur la politique de taux bas de la Banque centrale européenne (BCE), en appelant les Etats européens à agir davantage pour favoriser la croissance ce qui, assure-t-elle, contribuera à la remontée de l'inflation. La BCE a été vivement critiquée ces derniers jours par des responsables politiques allemands qui reprochent à sa politique de taux extrêmement bas, voire négatifs, de créer des "trous béants" dans les comptes des épargnants et les fonds de pension des retraités, du fait de la baisse des rendements. Ces critiques en Allemagne ont poussé le ministre fran?ais des Finances, Michel Sapin, à demander publiquement à Berlin de respecter l'indépendance de la BCE. Angela Merkel est venue en renfort en soulignant que les dirigeants politiques d'Europe pouvaient eux-mêmes contribuer à pousser l'inflation à la hausse en faisant davantage pour soutenir la croissance. "Ce que peuvent faire les responsables politiques, c'est apporter plus de croissance en Europe, et pas seulement en Allemagne mais dans toute l'Europe, et à partir de cette croissance, se placer dans une situation où le taux d'inflation remontera à nouveau", a-t-elle dit à la presse. Match Polo Ralph Lauren pas cher
En mobilisant l'attention sur l'action des gouvernements, Angela Merkel pourrait aider à faire retomber la tension dans le débat en cours sur les mesures prises par la banque centrale. Le ministre des Finances allemand, Wolfgang Sch?uble, a dit mardi à Reuters que les taux ultra-bas de la BCE créaient des "problèmes exceptionnels" pour les banques et les retraités allemands, ajoutant qu'ils risquaient de faire le jeu des eurosceptiques. Mais Angela Merkel a voulu recentrer le débat en soulignant que la BCE avait pour mandat de relever l'inflation à un certain niveau. "Dans ce contexte, notre tache est de générer de la croissance et des emplois", a-t-elle ajouté. L'objectif de la BCE est d'assurer un taux d'inflation proche de 2% à moyen terme dans la zone euro, alors qu'il est actuellement quasi-nul.(CercleFinance.com) - Ekinops (Paris: FR0011466069 - actualité) a déploré une perte nette d'environ 3,9 millions d'euros l'an passé, contre -3,4 millions à fin 2014, a-t-on appris ce mercredi après marché. Stripe Polo Ralph Lauren pas cher Dans le même temps, la perte opérationnelle courante s'est montée à 4,2 millions d'euros, à comparer avec -3,9 millions, et l'Ebitda est ressorti à quelque - 3 millions d'euros, contre - 2,5 millions au terme de l'exercice précédent. La marge brute a en revanche cr? de 1,6 million d'euros à 7,6 millions et le chiffre d'affaires s'est établi à 15,15 millions d'euros, soit près de 3 millions de plus qu'à fin 2014. Ekinops conservait en outre une situation financière excédentaire au 31 décembre dernier, avec des capitaux propres de 8,7 millions d'euros, une trésorerie disponible de 4,8 millions et des dettes financières, principalement constituées de 2 Prêts à Taux Zéro pour l'Innovation (PTZI) auprès de Bpifrance, limitées à 1,7 million. Ekinops vise une nouvelle année de croissance soutenue cette année et dit ne pas anticiper de progression significative de ses charges opérationnelles. (CercleFinance.com) - SFL annonce des revenus locatifs consolidés en hausse de 20,3 % à 48,6 ME au 31 mars 2016 (contre 40,4 ME au 31 mars 2015). A périmètre constant, les loyers progressent de 3,0 ME (+ 7,8 %). Pony Polo Ralph Lauren pas cher
' Cette hausse est liée aux nouvelles locations intervenues au cours de l'année 2015, en particulier sur l'immeuble In/Out à Boulogne, intégralement loué à l'OCDE '. Les actifs en développement sur les périodes comparées présentent une hausse de loyers de 4,7 ME dont l'essentiel provient de l'immeuble #cloud.paris, livré en novembre 2015. L'acquisition de l'immeuble 9 Percier en juin 2015 génère une hausse de loyer de 0,4 ME sur le trimestre. Le (Taiwan OTC: 8490.TWO - actualité) taux d'occupation physique des immeubles en exploitation progresse à 97,3 % au 31 mars 2016 (contre 95,6 % au 31 décembre 2015). L'endettement net consolidé de SFL est resté stable à 1 831 ME au 31 mars 2016 contre 1 841 ME au 31 décembre 2015.